Salut,

Comme je l’écrivais déjà dans Un très long rire d’agonie, l’automne est ma saison préférée. Avec les jours qui raccourcissent et la lumière qui pâlit en allongeant les ombres, l’air qui rafraichit et les odeurs de fumée de cheminée et de feuilles roussies, je prends plaisir chaque matin à contempler le lever du soleil sur la brume rampante de la rase campagne et déjà les affaires reprennent.

L’été a été marqué par la fin de la traduction, relecture et corrections de The Low Road de D. E. Lucas et l’envoi aux éditeurs des cinquante premières pages. Nous attendons désormais les premiers retours avec une certaine anxiété, alors que d’autres rencontres ici et ailleurs nous encourage à viser un lectorat plus large, et peut-être un peu plus spécialisé dans la littérature américain et ce genre extraordinaire qu’est le road trip.

Après quelques parties de plus, des ajustements de dernière minute et plusieurs heures d’enregistrement audio avec ma camarade Claire, dont un projet d’interview, j’ai bouclé la semaine dernière le volet des règles de Guberno, jeu de stratégie politique féodal, et grâce à l’expertise de Dé Généraion, le nouveau magasin de jeux de société ouvert à Béthune qui m’a chaleureusement accueilli il y a deux semaines, des ajouts esthétiques et pratiques ont apporté au jeu une dimension plus ergonomique notamment à destination des mal-voyants. La protection de la propriété intellectuelle du jeu sera finalisée en cette fin de semaine et il me faut encore un peu plus de motivation pour filmer la présentation du jeu à destination des éditeurs et des concours de créateur. On lâche rien ! La suite du développement de Guberno pourra être suivie désormais sur le site du jeu : http://guberno.sainthuitre.net et sur la page Facebook dédiée.

J’avance également à grands pas sur un quatrième recueil de poésies et textes courts dont le titre provisoire est Excavations / Disciplines. Sortant de l’élément aqueux présent dans Les étendues désertes, j’entame un périple sous terre extrayant quelques pépites et plantant les graines d’une collection de poèmes résolument tournés vers le jardin, la nature et les souvenirs d’enfance enracinés dans ma mémoire.

Et parlant de jardinage, justement, la saison se termine en beauté. Malgré le massacre des pieds de tomate en juillet, les pieds les plus résistants ont donné et donnent encore de magnifiques tomates cerises jaunes et rouges, de rares coeurs de boeuf et d’autres allongées pas encore à maturité. Les courges, potimarrons, potirons, citrouilles et pâtissons sont au rendez-vous. Aucun mais vraiment aucun succès avec les salades et les radis (on est bien d’accord que normalement, ça c’est super simple à faire pousser ?), une large collection de plantes officinales récoltées pour les tisanes de cet hiver et déjà les cageots sont sortis pour la récolte des pommes, coings, noix, châtaignes et noisettes !

La fin d’année se présente dans l’ensemble donc plutôt bien, et j’ai hâte de démarrer de nouveaux projets seul ou à plusieurs c’est encore mieux !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.