Littérature

Mauvaise pioche, bonne pioche

Dans le panier de livres que j’ai acheté suivant l’une des listes établies par Charles Bukowski, j’ai pour tout avouer eu deux déconvenues pour le moment. La mauvaise pioche, ce n’est pas d’avoir découvert des auteurs qui ne me plaisent pas, mais plutôt d’avoir pioché dans leur oeuvre des livres qui ne me parlent pas. Mauvaise pioche, bonne pioche

La vie secrète de Walter Mitty – James Thurber

Découverte importante la semaine dernière, creusée aujourd’hui, entre deux déménagements de mobilier pour la résidence :  M. James Thurber. Une fois de plus, c’est en piochant dans la liste des auteurs cités par Oncle Buk’ que je prends connaissance du talentueux M. Thurber, tout à la fois auteur, poète, journaliste et dessinateur. M’étant fié aux La vie secrète de Walter Mitty – James Thurber

Howl – Allen Ginsberg

J’ai découvert la littérature américaine de la première moitié du XXe siècle par le biais de Bukowski, comme je l’avais expliqué dans un précédent article, durant mes premières années universitaires. Après avoir effleuré la poésie française d’entre deux guerres, la lecture de Junky de William S. Burroughs et plus tard du Vagabond solitaire de Jack Howl – Allen Ginsberg